Archive: Juil 2016

  1. Traitement de l’oignon au pied : les solutions avant la chirurgie

    Leave a Comment

    Qu’est-ce que l’oignon au pied?

    Aussi connu sous le terme médical hallux valgus, l’oignon au pied provient d’une déviation osseuse du premier métartase ; cette déviation est due à une faiblesse biomécanique. On parle d’oignon au pied lorsque le gros orteil dévie vers les autres doigts de pied, créant ainsi un élancement intra-articulaire et une douleur persistante.

     

    Pourquoi faut-il traiter l’hallux valgus?

    L’oignon crée une bosse visible sur le pied et provoque des douleurs ponctuelles ou permanentes selon le cas du patient. En plus de subir un élancement intra-articulaire et un échauffement, le patient peut observer des effets secondaires comme des cors au deuxième orteil.

     

    Les solutions de traitement de l’oignon au pied

    La première chose à faire est de consulter un professionnel de la santé des pieds afin qu’il puisse diagnostiquer l’origine des maux. Le podiatre est en mesure de prodiguer des conseils avisés et de proposer des solutions pour traiter l’hallux valgus. Ce dernier effectue généralement une analyse posturale ainsi qu’un examen complet de la biomécanique ; ces précautions permettent de cibler la source du problème. Une fois l’origine du mal décelée, le podiatre recommande au patient le traitement le mieux adapté en fonction de chaque profil.


    En cas d’inflammation, le podiatre peut prescrire une injection de cortisone ou un anti-inflammatoire. Il est également en mesure de recommander des orthèses plantaires. Enfin, lorsque la déformation est trop importante, le podiatre est en mesure de diriger le patient vers un traitement chirurgical.

     

    Le port d’orthèses

    Les oignons aux pieds entraînent une irritation constante ou une douleur vive à la marche. Le rôle de l’orthèse plantaire est de répartir le poids sous le pied afin de réduire considérablement la pression dans l’articulation. Le patient bénéficie des effets de l’orthèse dès la première utilisation : celle-ci offre un meilleur confort et une meilleure endurance, surtout à l’occasion de la marche à pied. Au fil du temps, les douleurs se feront plus rares, car l’orthèse permet à la fois de contrôler les douleurs et les symptômes de l’hallux valgus.


    Pour pouvoir prescrire des orthèses plantaires, le podiatre doit effectuer une analyse posturale et manipuler le pied du patient afin de déterminer sa mobilité. S’il estime que les orthèses sont nécessaires, il réalisera un moule du pied pour pouvoir créer des produits sur mesure. Bien que la production de l’orthèse sur mesure puisse prendre plusieurs semaines, ce traitement de l’oignon au pied est efficace à long terme.

     

    Astuces pour pallier la douleur avant traitement de l’oignon au pied

    • Choisir des chaussures suffisamment larges et confortables ; celles-ci diminueront les douleurs externes dues au frottement ;
    • Éviter autant que possible de marcher pieds nus, de porter des chaussures à talons et/ou pointues ;
    • Atténuer les frottements avec les produits de protection disponibles en pharmacie (coussinets en gel par exemple).


    Toutes ces méthodes ne permettent toutefois pas d’éradiquer définitivement l’oignon au pied. Les personnes souffrant de pieds plats doivent favoriser le port de semelles prescrites par le podiatre pour ralentir le processus. Quoi qu’il en soit, certaines chaussures stylistes telles que les chaussures à talons (de plus de 3-4 centimètres) sont à éviter. Il faut plutôt favoriser les souliers à pointe ronde ou carrée. Si la déformation ne cesse de croître ou évolue de plus en plus rapidement, alors, le professionnel de santé peut évaluer la nécessité d’opérer. L’intervention chirurgicale corrige la déviation occasionnée par l’oignon et le port d’orthèses plantaires sera impératif à long terme.

  2. Fasciite plantaire : quelles sont les causes et comment l’éviter ?

    Leave a Comment

    Qu’est-ce que la fasciite plantaire ?

    La fasciite plantaire est une inflammation causée par une rupture ou un étirement trop important du fascia plantaire (la plante du pied). Le fascia plantaire est en effet une membrane fibreuse allant de l’os du talon jusqu’à la base des orteils. Ce fascia protège les tendons en les recouvrant de sa membrane, il contribue également au maintien de la voûte plantaire. En position debout, cette épaisse bande fibreuse se trouve à son étirement maximal.

     

    Les personnes qui sollicitent fréquemment les structures du pied (sportifs) sont davantage touchées par la fasciite plantaire. Lorsque l’inflammation est avérée, une douleur importante est ressentie dans le talon.

     

    Quelles en sont les causes ?

    La fasciite plantaire se déclare généralement à la suite d’une traction trop importante ou constante du fascia plantaire. Des déchirures ou des microtraumatismes apparaissent, laissant place à une réaction inflammatoire : la fasciite plantaire (le suffixe ite étant relatif à l’inflammation). La blessure peut apparaître après un évènement ponctuel ou à la suite d’une sollicitation progressive.

     

    La fasciite plantaire peut être due :

    • À la pratique d’un sport « à froid », sans échauffement des muscles ni étirement des tendons ;
    • À l’absence d’équipement adéquat pour la pratique d’une activité physique (course à pied avec chaussures inadaptées, marche avec des chaussures trop plates ou trop dures, etc.) ;
    • À l’obésité. L’excédent de poids a tendance à accroître les tensions dans la chaîne musculaire, notamment à l’arrière des jambes. Les tensions se répercutent alors sur les pieds ;
    • À des chaussures qui soutiennent mal la voûte plantaire (les claquettes par exemple) ;
    • Au port de chaussures avec des semelles trop dures ou trop molles (un déséquilibre biomécanique se crée) ;
    • Au fait d’avoir des pieds plats ou creux ;
    • À la station debout prolongée sur des surfaces dures ;
    • Au fait de porter des charges lourdes (les femmes enceintes peuvent également être concernées) ;
    • À une mauvaise posture (résultant de l’affaissement de l’arche interne du pied par exemple) ;
    • À une déviation des jambes vers l’extérieur (valgum) ;
    • À un amincissement ou une perte d’élasticité du coussinet adipeux du talon.

     

    On note également que le fascia plantaire devient plus sensible aux déchirures en vieillissant : avec l’âge, les fascias perdent de leur souplesse.

     

    Les symptômes

    La douleur se manifeste au niveau du talon et devient plus importante lorsque le pied doit supporter du poids. On remarque que la douleur apparaît davantage le matin, au réveil. Elle s’estompe pour devenir plus supportable environ 30 à 45 minutes après le lever.

     

    Avec le temps, une épine de Lenoir peut apparaître. Cette « épine » est une excroissance osseuse qui se forme là où le fascia plantaire rejoint l’os du talon. L’organisme fabrique cette épine de Lenoir suite à des tensions répétées du fascia à son insertion osseuse.

     

    Comment éviter une fasciite plantaire ?

    Pour éviter une fasciite plantaire, il est important de respecter les consignes suivantes :

     

    • S’étirer régulièrement en pratiquant des exercices d’assouplissement des muscles du mollet et du fascia plantaire, surtout avant et après une activité sportive ;
    • Conserver un poids de forme afin d’éviter toute surcharge au niveau des pieds ;
    • Porter des chaussures adaptées à sa morphologie et au sport pratiqué.

     

    Les personnes effectuant des travaux au cours desquels elles sont amenées à supporter des charges lourdes doivent porter des chaussures qui soutiennent la voûte plantaire. Pour cela, mieux vaut privilégier des chaussures avec talon et semelle adaptés (ex. une chaussure qui peut absorber les chocs).

Nous joindre

4699, boul. St-Charles, Pierrefonds (Québec)   H9H 3C7

514 696.3100

voir la carte Prendre un rendez-vous